jueves, 11 de agosto de 2016

BUBIÓN (Las Alpujarras, Grenade) 

Une histoire surréaliste...

Les montagnes grenadines se sont levées très tôt et elles bâillent encore paresseusement. Mais, les premiers randonneurs s’assomment sur leur dos, et veulent atteindre l’autre versant pour se réchauffer dans leur ventre, donc elles doivent se préparer vite.

Un peu plus bas, des petites gouttes apparaissent. Elles se transforment en petits ruisseaux et après en une grande rivière. Elles courent très vite mais, si vous êtes rapide vous pouvez les attraper avant qu’elles ne partent.

À droite c’est ma maison, très pâle parce qu’elle n’aime pas le soleil, c’est la raison pour laquelle il y a deux cerisiers qui la protègent jour et nuit. Pourtant, ma maison est très belle, et fraiche à l’intérieur. La seule chose que je n’aime pas  vraiment d’elle, c’est qu’elle fume pendant la nuit, surtout en hiver.

À gauche c’est mon petit village, il s’appelle Bubión, ce n’est pas un grand village et il n’est populaire non plus, par contre il sourit toujours à tous ses habitants. En plus, pour son anniversaire on fait une immense paella pour le remercier pour tout ce qu’il a fait pour nous et cela nous donne de la chance pendant toute l’année.

Mon village est comme ma famille et je l’aime autant que ses habitants.

Bubión.

lunes, 8 de agosto de 2016

Mon rapport à la consommation.


Avant de commencer à parler de ce sujet on doit savoir ce que c'est la consommation. Consommer est pour chacun une activité de tous les jours, qui consiste à satisfaire certains besoins et désirs. Pour les économistes, c’est l’utilisation des biens et des services selon une répartition et des modalités qui varient en fonction d’un certain nombre de facteurs (capacités d’épargne, volonté d’investissement…), selon une définition du Larousse. Mais, quel est notre type de consommation ? Si on consomme plus, est-on plus heureux ? Qu’est-ce que c’est l’obsolescence programmée ?

Il y a beaucoup de types de consommateurs dans le monde, mais on peut les diviser en deux grands groupes. Le premier groupe est composé de ceux qui peuvent vivre avec peu et qui préfèrent vivre à la campagne dans une caravane  et avec un petit jardin. Le second groupe est composé de ceux qui veulent avoir un téléphone portable dernier cri, la meilleure voiture ou vivre dans une grande maison.

Les deux modes de vie sont autant de respectables, mais elles génèrent des problèmes. D’un côté, on a ceux qui aiment vivre seulement avec l’essentiel, sans dépenser beaucoup, mais leur problème est qu’ils ne contribuent pas au système public, parce qu’ils ne payent pas normalement leurs taxes et ils ne gagnent pas autant que ceux qui travaillent dans le système. D’un autre côté on a les consommateurs compulsifs qui consomment et dépensent beaucoup. C’est vrai qu’ils contribuent normalement au système public et ils payent toutes leurs taxes (quelques fois non, c'est pour cela qu’il y a de la corruption), par contre ils consomment plus qu’ils n’en ont besoin et ils aident les fabricants à créer l’obsolescence programmée, c’est-à-dire  « faire des produits qui durent moins et sont de moins qualité pour vendre plus».



À mon avis je ne suis pas un consommateur très compulsif (même si je ne pourrais pas vivre dans une caravane à la campagne sans rien). Ainsi, mon père m’a acheté mon portable quand j’avais dix-huit ans et je n’avais aucun problème pour sortir avec mes amis ou parler avec eux en dehors du lycée. De plus, je crois que j’avais plus de temps pour faire les choses que maintenant, parce que je n’avais pas besoin d’être attentif au cas où quelqu’un me parlerait par WhatsApp (comme maintenant). En conclusion, on devrait vivre avec ce dont on a vraiment besoin pour être satisfait et à l’aise, sans penser à avoir un meilleur ordinateur ou portable plus bon, si on a déjà un.